Cashflow : comment l’utiliser pour atteindre l’indépendance financière ?

Chacun d’entre nous aspirons à obtenir d’avantage qu’on ne possède déjà. Mais malheureusement, beaucoup font  une erreur qui les maintiendront au même niveau jusqu’au bout : je parle de la gestion du cashflow. La majorité des gens ne sait pas utiliser l’argent correctement et finit par stagner financièrement au même point, sauf si celle-ci travaille plus, mais cela a une limite, car notre temps est limité à 24h par jour. Il existe pourtant des réflexes simples pour atteindre l’indépendance financière, mais elles sont tellement simples que personne ne les applique…

Vous souhaitez prendre la main sur votre futur financier, lisez la suite !

Note : Pour information, je ne suis ni comptable, ni fiscaliste. Je partage simplement avec vous ce que j’ai découvert de mes propres erreurs et découvertes suite à mes nombreux problèmes d’argent. Dette, service de recouvrement, blocage de ma CB et bien d’autres joyeusetés furent mes récompenses pour mon manque de connaissances financières. J’ai donc fait beaucoup de recherches pour reprendre mes finances en main.

Qu’est-ce que le Cashflow ?

Robert KIYOSAKI - Père riche, père pauvre

Robert KIYOSAKI – Père riche, père pauvre

Flux de trésorerie

Le Cashflow, le flux de trésorerie (en français) représente la manière dont une société utilise ses finances. Mais finalement, quelles sont les différences entre une entreprise et un particulier ? Dans le fond, aucunes. L’entreprise achète des ressources pour produire de la valeur et faire un gain. Une fois un certain revenu atteint, celle-ci peut faire bénéficier à ses dirigeants/employés des revenus, des biens, des avantages. Si l’entreprise paie toutes ces choses sans générer de valeur, il faudra sans cesse ré-injecter de l’argent, elle serait donc en faillite.

Un individu fonctionne comme une entreprise

Dans le cadre privé, malheureusement, la majorité des gens font l’inverse, ils achètent des biens avec leur revenu et ne prennent pas le temps d’acquérir des ressources qui produiraient de la valeur pour eux. De ce fait, ils ont besoin de travailler (pour ré-injecter de l’argent) dans leur vie (entreprise) au lieu d’acquérir des biens (ressources) leur permettant d’avoir un revenu alternatif pour compléter ou remplacer leur travail.

J’ai découvert cette notion grâce à Robert KOYASAKI, l’auteur du livre : Père riche, père pauvre. Ce livre a tout bonnement complètement changer mon rapport à l’argent. Je vous recommande vivement de lire ce livre !

 

Un monde d’argent

Dans un premier temps, il est intéressant de comprendre pourquoi nous avons ces habitudes de consommation en privilégiant les gains sur le court terme au lieu de privilégié le moyen/long terme. Celles-ci sont souvent encrées en nous, depuis tellement longtemps, qu’on en oublie les origines.

La preuve d’un rang social

La preuve socialeNous sommes dans une société de consommation. Bien souvent notre rang social dépend de nos possessions. Il est donc devenu normal de dépenser de l’argent sans cesse pour tout et rien. À un point même que les gens se sentent frustrés rien qu’à l’idée d’économiser. On parle de “Pouvoir d’achat”, de “liberté de dépenser son argent comme on le désire”…

Mais qu’est-ce-que le pouvoir d’achat ? Il semble que pour certain, ce soit le “droit” d’utiliser l’argent en leur possession pour survivre jusqu’à la retraite… Mais lorsque l’on utilise l’argent pour des biens consommables et à court terme, on ne prévoit pas correctement l’avenir. Je parle ici d’une partie de la population et vous n’en faites peut-être pas partie, du moins je l’espère.

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu :  Comment faire lorsque tout va mal ?

Mais honnêtement, je suis déjà tombé sur des personnes qui m’ont demandé de l’argent dans la rue alors qu’elles avaient un diamant à l’oreille… Je vois des personnes avec des téléphones portables de dernière génération dirent qu’elles n’ont plus d’argent. Est-ce que leurs priorités sont cohérentes ?

Une organisation bancale

Je ne suis pas un exemple. Personnellement, c’est entre la fin de mes études et mon premier CDI que mes emprunts m’ont rattrapé, j’ai eu de ce fait quelques problèmes pour rembourser des crédits, ce qui m’a mené à un blocage de mon compte, de ma CB et un aller simple au service des recouvrements à l’amiable… Pour l’anecdote, alors que j’avais régulé ma situation, j’ai découvert 1 an après que j’étais toujours au service des recouvrements, car il me restait une dette considérable de 5 €… Oui, je suis horrible… Je suis un mauvais citoyen… J’ai fait un trou dans les caisses de l’état…

Par la suite, c’est avec la location d’un appartement qui était au-dessus de mes moyens, additionné à plusieurs emprunts et impôts mal planifiés et une rupture de contrat que j’ai plongé pour la deuxième fois. Comme quoi une fois ne m’a pas suffit 🙂

Un mauvais rapport à l’argent

Le manque d'argentNous vivons dans une société où les personnes qui ont de l’argent sont considérés comme des êtres mauvais. Tout ça, car il serait soit disant impossible de faire de l’argent sans faire du mal aux autres… Ce qui est uniquement une idée propager par des personnes qui n’ont pas d’argent.

Nous avons tous besoin d’argent pour vivre. Mais il s’avère que beaucoup de personnes ne vivent pas, mais survivent. Ce qui créé petit à petit du ressenti face à l’argent et aux personnes qui en ont. Certaine personne riche en abuse, certes, mais ce n’est pas une généralité. C’est une minorité qui fait exception à la règle. Ce sont généralement des gens instruit et ouvert d’esprit qui sont capables d’amasser de l’argent.

L’argent permet de faire de grandes choses comme construire des écoles, des hôpitaux, guérir des épidémies, nourrir des défavorisés. On dit que l’argent est mauvais, mais la réalité est bien différente.

Ce qui est mauvais, c’est : le manque d’argent.

Le fais d’avoir à compter tous les jours pour tenir jusqu’à la fin du mois, redoutant de nouvelles factures ou impôts… Ce qui rend la vie stressante pour vous et votre entourage. Un sentiment d’insécurité incessant. Je sais de quoi je parle, je suis passé par là…

Alors, pourquoi n’avons-nous pas plus d’argent ? Et bien, car depuis notre enfance, il y a réellement…

Un manque d’éducation financière

Manque d'éducation financièreOn ne nous apprend pas la gestion de l’argent à l’école. On nous apprend à être de bons employés. Ce qui est fort dommage, car lorsqu’on sait qu’un pays est la représentation de ses citoyens, on comprends pourquoi la France est endettée… Ça ne vous rappelle rien la CSG/CRDS ?

On nous incite depuis notre plus jeune âge à défendre notre “pouvoir d’achat”, pour résumer : à dépenser. Mais, on ne nous explique pas comment fonctionne l’argent, l’inflation, les taux de prêts, l’origine de l’argent ainsi que les grandes crises économiques qui ont changé la face du monde. Telle que la Crise des subprimes de 2008 qui résonne encore en Europe après avoir laissé des cicatrices aux Etats-unis d’Amérique.

Et pourtant, il suffit d’apprendre une règle simple pour passer d’une personne toujours en manque d’argent à une personne qui aura de plus en plus d’argent jusqu’à en avoir plus que besoin pour elle et sa famille.

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu :  Définissez vos objectifs par catégorie

 

C’est tellement évident que personne ne le fait…

Je suis un cas réel de mauvaise gestion

J’ai personnellement fait beaucoup d’erreurs financières, je n’ai pas fait le nécessaire pour investir avant ma perte de revenu suite à mon changement de direction. Je ne regrette rien, car je sais que c’est temporaire, mais je précise que je commence juste à appliquer ce que je mentionne dans l’article.

J’ai acheté des choses dont je n’avais pas besoin, j’ai pris un logement à l’époque au-dessus de mes moyens, j’ai raté une première occasion d’investir alors que j’en avais la capacité avec mon ancien salaire d’ingénieur à ce moment-là. Pourquoi ? Car, j’avais peur de me lancer, je me disais que c’était trop simple pour être vrai et que je n’avais jamais assez pour le faire.

Cet article ressemble du coup beaucoup à un :

“faites ce que je dit, ne faite pas ce que je fait”.

Je vous dirais que vous avez raison. Je vous laisse donc juger de la pertinence de ce qui suit. J’ai beaucoup appris de mes erreurs et je souhaite simplement le partager avec vous.

C’est en faisant des erreurs que l’on apprend

Il suffit s’acheter des actifs au lieu de passifs… Voilà. Fin de l’article…

Bon d’accord, on va rentrer légèrement plus dans les détails. Il existe 2 types de biens. Et pour comprendre la différence, rien de plus simple :

Un actif rapporte l'argentLes actifs sont des biens qui mettent de l’argent dans votre poche. Pour faire encore plus simple, considérez comme actif tout ce qui vous rapporte de l’argent si vous perdez votre emploi :

  • Immobilier en location
  • Location de votre voiture
  • Investissement en bourse
  • Créer une entreprise qui fonctionne en toute autonomie
    • C’est l’un des meilleurs moyens
  • etc.

Un passif consomme l'argent

De l’autre côté :

Les passifs sont des biens qui prennent de l’argent de votre poche. Donc si vous perdez votre emploi, c’est tout ce qui continu de vous coûter de l’argent comme :

  • Cette superbe voiture
  • Immobilier en tant que résidence principale
  • Ce téléphone dernière génération

Je pense que vous comprenez donc la différence entre ces deux types de bien et l’évidence d’éviter les seconds pour favoriser les premiers.

C’est tout ?

En effet… 🙂

 

Obtenir des passifs ? Oui, mais grâce aux actifs !

L’effet domino

Alors, je ne vous dis pas de vous passer de tout ce qui coûte de l’argent. Mais au lieu d’utiliser son argent pour acheter des passifs, achetez plutôt des actifs qui génèreront l’argent nécessaire pour payer ce passif.

Prenons l’exemple, vous avez 15K€ d’économie, est-ce plus intéressant de les utiliser pour acheter une voiture ou plutôt de les utiliser comme apport pour obtenir un bien immobilier ? Ce logement que vous mettriez en location, pour en tirer un excédant de loyer, pour prendre la voiture de vos rêves en leasing ?

La preuve avec des chiffres ?

Faire de la locationPour un logement à Bordeaux de 130 K€ de 63 m2, 3 pièces, idéal pour une collocation, nous aurions les chiffres :

Revenu locatif logement meublé non professionnel avec 2 locataires : 2 x 350 € x 12 mois = 2 x 4 200 € = 8 400 €
Moins le remboursement crédit de 6 132 € (voir simulateur avec 115 K€ d’emprunt sur 25 ans avec 1,70 % d’intérêt)
Moins l’impôt foncier d’après le site lavieimmo.com serait d’environ 724€ en 2009

Soit à l’année 8 400 € – 6 132 € – 724 € = 1 544 € = 128 € / mois. Et ça en location simple, je ne parle même pas de location saisonnière.

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu :  Payez-vous d'abord afin que l'argent travaille pour vous et non l'inverse

Résultat des comptes au bout de 25 ans avec 15 K€ ?

En achetant directement le passif :

  • Une voiture en leasing.

En utilisant le Cashflow correctement :

  • Une voiture en leasing
  • Heureux propriétaire d’un appartement vous rapportant env. 639 € par mois à vie (impôts déjà déduits).

Il suffit de penser autrement

Location saisonnièreUne de mes connaissances est partie de ce constat pour s’acheter un appartement sur Paris de 5 pièces dont 4 chambres. Elle loue deux chambres pour compenser le crédit. Cette personne étant très amicale et appréciant la compagnie, cela ne la dérange pas de vivre en communauté et cela lui permet d’avoir un logement à elle avec beaucoup moins de frais, voir aucun. Et cela sans faire de location saisonnière.

Les chiffres que je vous présente ci-dessus ne sont pas parfaits et il est important d’étudier la question, la ville, les impôts, etc. Mais l’idée que je souhaite transmettre est qu’il existe des solutions alternatives pour acquérir un passif.

Soit, en le transformant en actif :

  • Louer une de vos pièces non utilisées pour un logement
  • Louer votre voiture
  • Faire du co-voiturage

Soit, en le financent avec des actifs :

  • Acheter un investissement locatifs
  • etc.

Vous avez compris d’idée !

 

Passez à la pratique

jeu cashflowIl existe le jeu Cashflow créé par Robert KIYOSAKI. Le concept est vraiment intéressant par le fait que l’on joue le rôle d’un personnage exerçant un métier. Grâce à une bonne utilisation de notre cashflow, nous effectuons des investissements bien réfléchis, qui nous permettant de générer petit à petit des revenus alternatifs jusqu’à atteindre l’indépendance financière. C’est-à-dire le seuil de revenu alternatif nous permettant de vivre avec sans travailler. Ce jeu m’a fait prendre conscience de ma manière chaotique de gérer mon argent et m’a permis de revoir mes habitudes de consommation.

Je l’ai personnellement acheté il y’a pas mal de temps et j’ai organisé des meetup sur Paris pour permettre à d’autres de le découvrir. N’hésitez pas à regarder les événements que j’organise pour venir le tester.

 

Ce qu’il faut retenir

Je vois venir les gens qui disent :

Oui, mais je n’ai pas envie de me priver toute la vie pour en profiter à la retraite…

Je suis d’accord, ll faut absolument faire la différence entre un actif et un passif et se focaliser sur l’acquisition d’actif sans pour autant tomber dans la privation.

Néanmoins, prenez le temps avant de faire un quelconque achat pour vous demander si celui-ci vous apporte réellement de la valeur ou si ce n’est qu’un caprice à court terme. Dans le second cas, il es préférable de conserver cette sommes pour l’ajouter à une cagnotte dans le but d’obtenir des actifs. Une fois que vous avez assez d’actifs, pour pourriez utiliser l’argent qu’ils génèrent pour acheter vos passifs.

 

Pour aller plus loin

Faites-en profiter votre entourage :
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  • 2
    Partages

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CADEAU Vous êtes libre de télécharger le livre

"Les 3 étapes pour un suivi d'objectifs efficace"