Je viens de toucher le fond, que faire ?

Salut tout le monde.

Je viens de vivre un moment difficile, de battre un record et je suis dans un trou… Je ne vais pas vous expliquer comment éviter ce genre de moment, mais comment j’en sors actuellement. Car cet événement est trop récent pour dire que c’est terminé.

Donner des conseils ne sert pas à grand chose, car lorsque ça nous tombe dessus, on ne le vois ni venir, ni repartir. C’est une perte de contrôle pendant laquelle les conseils externes ne sont pas très utiles. Mais les retours d’expériences d’autres personne peuvent soulager. Je ne fais pas partie de ces personnes inspirantes et forte, capable de mener plusieurs projets à la fois avec brio. Je pense uniquement qu’il est de mon devoir de partager ce que je viens de traverser en tant que jeune entrepreneur.

À travers plusieurs articles, je vais tenter de décrire mots pour mots ce que je viens de vivre afin de pouvoir aider ceux qui traverseraient le même genre d’épreuves :

  • Premier article (celui-ci) :
    Exposant mes ressentis d’il y a quelque jour, je mets des mots sur cette descente. Pour finalement reprendre l’histoire au début en décrivant mon histoire.
  • Deuxième article (à venir) :
    Après un début de prise en main, j’ai graduellement changé de projet professionnel, j’ai quitté mon CDI et j’ai trouvé un autre logement. Après quelques mois, j’ai eu un genou à terre…
  • Troisième article (à venir) :
    Quelle est mon interprétation et ma manière de me stabiliser

La descente

Tomber à genou

J’ai commencé ce blog en juin 2017, au moment où j’écris ces mots, cela fait 4 mois que j’ai commencé à travailler sérieusement dessus. J’étais auparavant salarié et travaillé que quelques heures par semaine. Je suis désormais à temps plein.

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu :  Événement inter-blogueurs - Les 3 films qui vous ont le plus inspiré

Il y’a 4 jours :
j’ai commencé à remettre en cause l’essence même de mon projet. Les doutes m’ont envahi et j’ai fini par marcher dans les rues de Paris, tel un zombie sans but particulier… Non loin de la Gare de l’est, à tenter de reprendre le contrôle ne serait-ce que de mon esprit. Je n’ai plus répondu à mon téléphone, j’ai juste déambulé, tout seul…

Le jour suivant :
j’ai atteint un palier inédit… Ce fût la première fois où je n’ai eu absolument aucune visite sur mon blog. Zéro… Nada… Je dois avouer que cela m’a donné un sérieux coup au moral.

Quelle ironie me direz-vous, tenir un blog sur l’entreprenariat et ne pas arriver à entreprendre. J’ai hésité à arrêter le blog, à tout lâcher… Je me sentais vraiment mal, déboussolé, seul et fragile…

Ça vous parle ?

Ce genre de moment vous rappellent quelque-chose ? Vous êtes peut-être même en plein dedans ?

Aujourd’hui, je pense différemment, cela fait uniquement 3 jours. Le destin a fait que j’ai rencontré les bonnes personnes au bon moment. Et j’espère que cet article pourrait être les bons mots dont vous avez besoin. Mais je pense que cela vient de ma manière de penser et que tous ça a un sens.

Comment interpréter ces signes ? Je ne sais pas pour vous, mais je les ai interprétés à ma manière, mais avant de vous en dire plus, je pense qu’il est temps de parler un peu plus de moi afin de comprendre. Car c’est en connaissant un peu plus mon histoire que vous comprendrez mon interprétation.

 

Pour résumer, je me rends compte que mon blog est le reflet de ma vie. Lorsque je vais bien, il croit, lorsque je ne vais pas bien, il décroit.

BienvaillanceNotes
Si vous le voulez bien, je vais vous raconter un peu plus ma situation avec le souhait que cela puisse vous faire du bien. Je vais me dévoiler dans cet article et je vous demanderai de faire preuve de respect si vous avez des avis différents, je ne tolérerai aucun retour dans le cas contraire.

Nous sommes ici pour nous entre-aider. J’espère que le fait de partager autour de ce moment que j’ai trouvé difficile pourra soulager ou aider mon prochain. Je ne parle pas en tant qu’expert, mais en tant que jeune entrepreneur qui vient de poser un genou au sol et qui a repris son souffle deux jours et qui vient de décoller le genou du sol, avec encore de la terre sur celui-ci.

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu :  Un séjour à la Hacker House

Voici donc les premiers détails de ma vie qui m’ont mené à la situation décrite plus haut : étape par étape.

Mon histoire

KaratéDepuis quelques années, j’ai tout le temps des douleurs aux dos, elles sont devenues vraiment géantes à la suite de ma pratique du Karaté. Je me suis dit que ça serait bon pour mon dos, mais cela ne venait pas d’un manque de sport, mais d’un surplus de stresse. Je suis un stressé par nature… Lors d’un entrainement, j’ai senti qu’un exercice ne me convenait pas, mais j’ai ignoré ce sentiment… Résultat à la fin de la séance, je me suis cogné la cheville au sol lors d’un mouvement. Mon corps m’a prévenu, je l’ai ignoré… Première erreur. Impossible de poser le pied par terre le lendemain.

Me disant que mon corps irait bien, j’ai esquivé le médecin. Lors d’un autre entrainement deux semaines après, j’ai senti que ma cheville me gênait. J’ai tout de même continué en ignorant ce signal et en compensant avec l’autre cheville… Résultat, je me suis foulé l’autre cheville… Je n’ai pas appris de ma première erreur… Deuxième erreur.

Manque de respect, le corps lâche

J’ai commencé à voir un kinésithérapeute pour régler tout ça. Manquant d’assiduité, j’ai manqué plusieurs séances et fini par me faire une hernie discale agrémentée d’un sciatique… Je ne parlerai pas d’erreur, mais d’un sérieux manque de respect pour mon propre corps… J’ai décidé de faire tous les traitements nécessaires afin de rectifier tout ça, mais la sentence est simple : On ne peut rien faire car la médecine ne sait pas rattraper une hernie discale hormis avec de la chirurgie qui a un taux de réussite de mois de 50% à ce moment. Le mieux reste de la laisser se soigner seule, cela peut prendre trois mois, 12 ou même plusieurs années.

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu :  Mes premiers pas dans la vie de nomade

Conclusion de cette première partie : A vouloir jouer au plus malin et au plus fainéant, je n’ai fait que manquer de respect à mon corps.

 


Voilà le type de personne que j’étais… Maintenant que les bases sont posées, j’ai encore trop à dire, je reviens vers vous rapidement pour la suite.

Kelvin

Faites-en profiter votre entourage :
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
    1
    Partage
  • 1
  •  
  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CADEAU Vous êtes libre de télécharger le livre

"Les 3 étapes pour un suivi d'objectifs efficace"